Lingue bleue | Guide des espèces

Lingue bleue

Molva dypterygia


zeevruchtengids.org/fr/lingue-bleue
  • Atlantique Nord-Est
  • Chalut de fond 
  • Filet maillant
  • Palangre (en zone profonde)
  • Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

BIOLOGIE 

  • FAMILLE : Gadidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps allongé, mâchoire inférieure proéminente avec un barbillon mentonnier, yeux assez grands.
  • HABITAT : Encore mal connu. Espèce qui vit de 350 à 500 m et jusqu’à plus de 1 000 m de profondeur.
  • ALIMENTATION : Céphalopodes, crustacés, poissons.
  • MATURITÉ SEXUELLE : 80 cm (9-10 ans).
  • PÉRIODE DE FRAI : D’avril à mai. LONGÉVITÉ 30 ans.

Lingue bleue ou lingue franche ?

La lingue bleue possède une mandibule inférieure proéminente, des yeux de grande taille et un barbillon au menton moins long que celui de la lingue franche. La lingue bleue se reproduit plus tardivement que la lingue franche. Il faut minimum entre 4,5 et 14 ans pour obtenir un doublement de la population de lingue bleue. La lingue bleue est caractérisée par son corps cylindrique pouvant atteindre 1,5 mètre et 30 kg.

 

 

PÊCHE 

La lingue bleue fréquente les eaux de l'Atlantique Nord-Est, de la mer de Barents jusqu’au Maroc. Cette espèce est exploitée depuis les années 1950. L'Allemagne puis la Norvège ont été les premiers pays à la pêcher. Les flottilles françaises l’ont recherchée à partir des années 70. Son exploitation s’est intensifiée au niveau mondial dans les années 80 et 90. De fortes variations de niveaux de captures ont été enregistrées au fil des ans en fonction des découvertes de frayères exploitables. Les données de débarquements et la forte diminution des rendements des flottilles mondiales depuis 2010 indiquent une baisse importante de son abondance. Cette espèce a un comportement grégaire pendant la ponte (quand elle est généralement ciblée par les pêcheurs sur les frayères) ; elle est donc particulièrement sensible à l’activité de pêche pendant cette période. Ces pratiques peuvent entrainer des épuisements locaux rapides affectant la population du stock sur le long terme. Les principales zones actuelles de frai se situent à l’ouest de l’Écosse, dans les eaux norvégiennes, aux îles Féroé et au sud de l’Islande.

Cette espèce est principalement capturée par des chalutiers industriels et semi-industriels mais il existe aussi des pêcheries au filet maillant et à la palangre, principalement islandaises.

La flotte européenne opérant en Atlantique Nord-Est a débarqué 4 398 tonnes de lingue bleue en 2018, soit 99 % des débarquements mondiaux. Le principal stock de lingue bleue exploité actuellement se situe à l’ouest des îles Britanniques. La France est aujourd'hui le principal pays européen à exploiter cette espèce.

 

 

 

 

ÉTAT DES STOCKS 

 

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Ouest des îles Britanniques et îles Féroé (sous-zones 27.6 et 27.7, division 27.5.b)
    • Biomasse en augmentation depuis 2004 et supérieure au seuil de durabilité depuis 2012.
    • Taux d’exploitation en forte diminution depuis 2002 et inférieur au niveau du RMD (3) depuis 2004.
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 11 522 t), en hausse par rapport à l’avis pour 2020.

 

Stocks effondrés :

  • Nord-Est Arctique, golfe de Gascogne, côtes Ibériques, nord des Açores, Skagerrak et Kattegat, mer du Nord septentrionale (sous zones 27.1, 27.2, 27.8, 27.9 et 27.12, divisions 27.3.a et 27.4.a)
    • Biomasse reproductive inférieure au seuil d’effondrement.
    • Taux d’exploitation inconnu et par conséquent stock considéré comme surpêché (principe de précaution).
    • Avis scientifique (approche de précaution) : aucune capture recommandée depuis 2018.

 

Stock non classifié :

  • Groenland et Islande (sous-zone 27.14 et division 27.5.a)
    • État du stock inconnu (manque de données).
    • Indice de biomasse en diminution malgré un taux d'exploitation faible. Recrutement très faible.
    • Pas d’avis du CIEM pour 2021 mais avis scientifique donné par l’institut islandais* : limite de captures pour 2021 (≤ 406 t), en diminution par rapport à l’avis pour 2020.

 

GESTION DES STOCKS 

  • Atlantique Nord-Est

Des TAC (1) annuels ont été introduits par l’UE en 2003. Ces limites de captures s’appliquent pour les navires de l’UE pêchant dans la ZEE (2) de l’UE mais aussi dans les eaux internationales. Un TAC est établi annuellement pour les navires norvégiens et féringiens pêchant dans les eaux de l’UE et pour les navires européens pêchant dans les eaux norvégiennes et féringiennes. Le quota de l’UE dans les eaux des îles Féroé regroupe les limites de captures pour la lingue bleue et la lingue franche. Pour le stock islandais, le TAC est défini chaque année par le Ministre de l’Industrie et de l’Innovation. Dans les eaux islandaises, un maillage minimal est fixé, mais pas de taille minimale de capture.

 

 

TAC ET AVIS SCIENTIFIQUES

  • Stock où les TAC suivent les avis scientifiques :
    • Groenland et Islande (a)
  • Stock où les TAC ne suivent pas les avis scientifiques :
    • Ouest des îles Britanniques et îles Féroé (b). En revanche, les prises réelles sont restées largement inférieures aux niveaux de captures recommandés par les scientifiques.

 

Stock Atlantique Nord-Est : un TAC est établi pour la lingue bleue capturée en tant que prise accessoire. Aucune pêche ciblée de lingue bleue n'est autorisée dans ces zones.

 

Taille minimale de capture au sein de l’UE :

  • Atlantique Nord-Est : 70 cm.
  • Aucune pour la division 3.a.


 

CONSOMMATION 

La lingue bleue est plus couramment appelée « élingue « à l’étal du poissonnier, quand la lingue franche est appelée « lingue « ou « julienne » .

La lingue bleue est commercialisée sous forme de filets frais ou surgelés sans peau. La France importe la lingue (bleue et franche) principalement du RoyaumeUni et la Belgique importe du Danemark. En Belgique, la lingue est souvent utilisée dans la restauration collective, car les gros filets ont la même largeur sur tout le corps, ce qui permet de les diviser facilement en portions égales.

 

 

MSC • Une pêcherie islandaise (palangre) est certifiée.

 

 

 


 

* Marine and Freshwater Research Institute

 

(1) Total admissible de captures

(2) Zone économique exclusive

(3) Rendement Maximum Durable

 

(a) Analyse faite pour l’année 2021.

(b) Analyse faite pour l’année 2020. En raison du Brexit, les TAC pour 2021 pour les stocks partagés entre le Royaume-Uni et l’UE n’ont pas encore été fixés. Les TAC de 2020 ont été reconduits jusqu’au 31 juillet 2021, en attendant les accords de pêche entre l’UE et le Royaume-Uni. Mises à jour disponibles sur www.ethic-ocean.org

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • L’exploitation de la lingue bleue , espèce fragile de grands fonds, s’est longtemps pratiquée sur les zones de frayères, profitant du comportement grégaire de cette espèce pendant la ponte. Cela a entraîné l‘épuisement de nombreuses populations sur ces zones.
  • Le stock à l’ouest des îles Britanniques et des îles Féroé est en bon état.
  • Le stock de l’Atlantique Nord-Est est effondré.
  • La biomasse du stock du Groenland et d'Islande est en diminution.
  • La lingue bleue est aussi pêchée au chalut de fond, en zone profonde. Cette technique impacte les écosystèmes de grands fonds, qui sont très fragiles et encore largement méconnus.
  • La pêche au chalut en eaux profondes est interdite au-delà de 800 m en Europe depuis 2016 (application en 2017), mais perdure au niveau international.
  • La taille minimale de capture de la lingue bleue est très inférieure à la taille de maturité sexuelle.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ À consommer avec grande modération : stock Ouest des îles Britanniques et îles Féroé (stock en bon état mais espèce fragile), stock Groenland et Islande.

 

Privilégiez les individus ayant une taille > à 80 cm, ou les grands filets issus d'individus matures ayant eu le temps de se reproduire.

 

Vérifiez le nom latin à l’achat afin de bien différencier la lingue bleue de la lingue franche.

 

À éviter : stock Nord-Est Arctique, golfe de Gascogne, côtes Ibériques, nord des Açores, Skagerrak et Kattegat et mer du Nord septentrionale.