Crabe royal (du Kamtchatka) | Guide des espèces

Crabe royal (du Kamtchatka)

Patalithodes camtschaticus


zeevruchtengids.org/fr/crabe-royal-du-kamtchatka
  • Atlantique Nord-Est
  • Pacifique Nord-Est
  • Pacifique Nord-Ouest

  • Casier
  • Filet

  • Aucun élevage

Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

  • FAMILLE : Lithodidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Crabe de très grande envergure, de couleur rouge-brunâtre, doté de deux pinces (la droite généralement plus grande que la gauche) et de trois paires de pattes.
  • HABITAT : Espèce benthique qui vit sur les fonds sableux ou vaseux jusqu’à 460 m de profondeur.
  • ALIMENTATION : Poissons et crustacés.
  • MATURITÉ SEXUELLE : (longueur de la carapace) 100-120 mm (environ 7 ans).
  • PÉRIODE DE FRAI : Printemps.
  • LONGÉVITÉ : 15-20 ans.

 

Le crabe royal du Kamtchatka est le plus gros crustacé au monde, il peut peser jusqu’à 15 kg pour près de 2 mètres d’envergure. Il est surnommé « crabe de Staline » car il a été introduit en Europe du Nord par des scientifiques russes.

 

PÊCHE

Le crabe royal (Paralithodes camtschaticus), plus connu sous le nom de crabe du Kamtchatka, en raison de sa région d’origine, ou encore appelé crabe rouge de Norvège, est apparu sur les étals des poissonniers européens au début des années 2000.

Originaire du Pacifique Nord (mer de Béring et mer d’Okhotsk incluses), il a été́ introduit intentionnellement dans l’Atlantique Nord par des scientifiques russes dans les années 60, afin de développer une pêcherie de valeur, au casier. L’espèce s’est bien acclimatée aux eaux froides de la mer de Barents, son abondance et sa zone de distribution n’ont depuis cessé de croître. Le crabe royal est aujourd’hui présent du Nord de la Norvège (Sørøya) au sud-est de la mer de Barents, en Russie (île Kolgouïev).

C’est en 1979 que les premiers individus ont été́ pêchés dans les eaux norvégiennes, à l’ouest de leur zone d’immersion. La pêche en Atlantique Nord-Est a démarré́ à un stade expérimental en 1994, avec un quota de 11 000 crabes partagé entre Russes et Norvégiens. Cette pêche a pris une dimension commerciale en 2002 et une réglementation a été mise en place. Dans sa zone d’origine, le crabe royal est pêché en Alaska par les États-Unis *.

 

 

 

Il est encore difficile d’estimer précisément les conséquences de l’introduction du crabe royal dans le nord de l’océan Atlantique. Cette espèce, vorace et envahissante, n’a pas de prédateurs dans cette zone et elle représente une menace pour la biodiversité biologique native. Un appauvrissement des fonds marins est d’ores et déjà constaté dans les eaux norvégiennes, dans les zones où le crabe royal est présent. Dans les eaux du Pacifique, le crabe royal est chassé par les poissons-loups (famille Anarhichadidae).

 

ÉTAT DES STOCKS

 

 

Norvège

  • Mer de Barents
    • Le taux d’exploitation du crabe royal dans les eaux norvégiennes est supérieur au niveau du RMD (1) depuis quelques années et la biomasse est probablement inférieure au seuil de précaution (des incertitudes existent autour de l’évaluation de ce stock).

 

Russie

  • Ouest de la péninsule du Kamtchatka (mer d’Okhotsk).
    • Le taux d’exploitation du crabe royal dans les eaux norvégiennes est supérieur au niveau du RMD (1) depuis quelques années et la biomasse est probablement inférieure au seuil de précaution (des incertitudes existent autour de l’évaluation de ce stock).
  • Mer de Barents
    • Une importante pêche illégale a entraîné dans les années 90 et début des années 2000 une diminution significative de la ressource.
    • Grâce aux mesures de gestion mises en place, l’état du stock s’est amélioré et l’état actuel de la ressource ne suscite pas d’inquiétude.

 

Alaska

  • Baie de Bristol
    • Biomasse inférieure au seuil de durabilité et taux d’exploitation compatible avec le niveau du RMD.
  • Norton Sound
    • Biomasse légèrement inférieure au seuil de durabilité et taux d’exploitation compatible avec le niveau du RMD.
  • Îles Pribilof
    • Biomasse très largement supérieure au niveau de durabilité. La pêche est interdite dans cette zone.
  • Ouest des îles Aléoutiennes
    • Ce stock n’est pas surpêché mais les donnes disponibles ne permettent pas d’évaluer avec précision l’état de la biomasse.
    • La pêche est interdite dans cette zone.

 

GESTION DES STOCKS

Norvège

Afin de gérer une ressource à la fois envahissante et d’une grande valeur économique, le gouvernement autorise des prélèvements sans limite à l’ouest du 26e méridien Est (afin de réduire la progression de l’espèce) et des captures règlementées à l’Est.

Les mesures de gestion en place incluent :

  • Des quotas annuels (le quota est plus faible pour les femelles).
  • Une taille minimale de capture (largeur de la carapace) : 130 mm pour les mâles et 120 mm pour les femelles.
  • Seuls les navires côtiers de petite taille (entre 6 et 22 mètres) peuvent participer à cette pêche.

 

Russie

Les mesures de gestion incluent :

  • Des délimitations spatio-temporelles.
  • Une taille minimale de capture (largeur de la carapace) de 150 mm (sauf dans certaines zones autour des îles Chantar : 130 mm).
  • Des limites de captures.

En raison de l’état préoccupant de la ressource, dû notamment à une importante pêche illégale, la pêcherie russe de la mer d’Okhotsk (péninsule du Kamtchatka) a été fermée en 2005-2006 et de 2008 à 2012.

 

Alaska

Les mesures de gestion incluent :

  • L’interdiction de la pêche des individus femelles.
  • La fermeture de la pêche en période de reproduction et de mue.
  • Une taille minimale de capture (121 ou 165 mm selon la zone - largeur de la carapace).
  • Des limites de captures.

 

La pêche au crabe royal est fermée depuis de nombreuses années dans les îles Pribilof et à l’ouest des îles Aléoutiennes, en raison de l’état incertain des stocks et d’un taux élevé de prises accessoires de crabe royal bleu Paralithodes platypus (espèce surpêchée dans ces zones).

 

 

QUOTAS ANNUELS DE CRABE ROYAL EN NORVÈGE ET RUSSIE

 

 

Jusqu’en 2012, les quotas étaient attribués en nombre d'individus autorisés à la pêche. Depuis 2012, les quotas s'expriment en tonnes. Un crabe royal pèse en moyenne 4 kg. Une tonne représente donc 250 crabes en moyenne.

 

 

CONSOMMATION

Le crabe royal est importé́ en Belgique et en France sous forme de pinces non décortiquées.

Sa chair fine est un met très apprécié, proposé dans les restaurants haut de gamme.

Ce crustacé est également commercialisé vivant, en provenance le plus souvent de Norvège.

 

 • MSC • Une pêcherie russe de la mer de Barents est certifiée. Cette pêcherie a été la première pêcherie de crabes au monde à être certifié MSC.

 

 


 

* Dans les statistiques FAO, les débarquements de crabe royal par la flotte des États-Unis sont inclus dans les débarquements de crabe royaux (toutes espèces confondues) (ces données ne sont pas présentées dans les graphiques).

 

(1) Rendement Maximum Durable

(2) Institut fédéral russe de recherche sur les pêches et l'océanographie

(3) Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Originaire du Pacifique Nord, le crabe royal a été introduit en Atlantique Nord dans les années 1960.
  • Le crabe royal est une espèce invasive qui n’a pas de prédateurs en Atlantique.
  • Les conséquences de l’introduction du crabe royal en Atlantique Nord sont encore difficiles à évaluer, mais un appauvrissement des fonds marins est constaté en Norvège.
  • La Norvège et la Russie sont les principaux pays pêcheurs de cette espèce.
  • Les stocks russes sont en bon état.
  • Le stock norvégien de la mer de Barents est surpêché et probablement dégradé.
  • En Alaska, les stocks de crabe royal ne sont pas surpêchés et l’état de la biomasse varie d’un stock à l’autre.
  • Malgré les mesures de gestion existantes, la pêche illégale semble être encore importante dans les eaux russes.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

Les stocks russes (zone native et zone d’introduction) sont en bon état mais font l’objet d’une importante pêche illégale.

 

 Les stocks norvégiens sont en déclin mais l’espèce y est envahissante.

 

Les stocks d’Alaska (zone native) : parmi les stocks exploitables, le stock Norton Sound est celui qui se porte le mieux (biomasse légèrement inférieure au seuil de durabilité).

 

Renseignez-vous sur la provenance des individus, afin d’éviter les produits issus de la pêche illégale.