Moule | Guide des espèces

Moule

Mytilus edulis

Mytilus chilensis

Mytilus galloprovincialis


zeevruchtengids.org/fr/moule
  • Atlantique Nord 
  • Mer Méditerranée
  • Pacifique Sud
  • Drague
  • Pêche à pied
  • Corde en suspension
  • Corde sur bouchot
  • Parc

Dernière mise à jour :  janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

Moule commune (Mytilus edulis)

  • FAMILLE Mytilidae. TRAITS DISTINCTIFS Coquille équivalve, de forme allongée avec pied pointu et prononcé, de couleur noire avec des anneaux concentriques grisés. HABITAT Espèce fixée sur un substrat rocheux de la zone intertidale (zone de l’estran subissant les marées), par un filament plus ou moins épais appelé byssus. Elle vit dans la plupart des eaux de l’hémisphère Nord en congrégations abondantes. ALIMENTATION Phytoplancton, zooplancton et matière organique en suspension. MATURITÉ SEXUELLE 2-5 cm (1-2 ans). PÉRIODE DE FRAI De mars à octobre. LONGÉVITÉ 7-18 ans (dans le milieu sauvage). La durée de vie peut varier considérablement en fonction des conditions environnementales et de la qualité/stabilité du substrat.

 

Les sexes des moules sont séparés. Pendant la période de reproduction, les moules expulsent leurs produits sexuels et la fécondation a lieu directement dans l’eau. Une moule peut produire chaque année entre 5 à 12 millions d’œufs, en plusieurs fois (jusqu’à 40 millions pour les individus les plus gros), mais seulement 1 % des larves deviendront adultes (la majorité est mangée par des prédateurs).

 

Autres espèces de moule commercialisées sur nos marchés :

  • MOULE MÉDITERRANÉENNE (Mytilus galloprovincialis)
    • Elle est principalement issue d’élevage et dépasse souvent 8 cm en moyenne.
  • MOULE CHILIENNE (Mytilus chilensis)
    • Dont l’élevage est en forte expansion

 

PÊCHE

Le Danemark est le principal pays pêcheur de moule sauvage (Mytilus edulis) au monde, devant les États-Unis et le Chili.

En France, les principaux gisements de moule sauvage (Mytilus edulis) sont situés au large de la côte est du Cotentin (Barfleur, Moulard, Réville, Ravenoville et Grandcamp).

Ces gisements sont fermés à la pêche depuis 2016 en raison du mauvais état de la ressource (fermeture confirmée aussi pour 2021). Des gisements, plus petits, sont également disséminés le long des côtes du Calvados et du Pas-de-Calais. La production de pêche française est extrêmement fluctuante, en fonction de l’état des gisements (264 tonnes en 2018) et elle ne contribue que faiblement à l’approvisionnement global du marché français. En Belgique, la pêche professionnelle des moules sauvages n’est pas pratiquée.

Les moules sont pêchées par les professionnels soit à pied soit à l’aide d’une drague (selon la profondeur des gisements).

 

 

 

AQUACULTURE

L’élevage de moule repose sur le prélèvement de naissain dans le milieu naturel, principalement par captage. Lorsque les jeunes moules ont atteint 1 cm environ, elles sont fixées sur des supports en milieu naturel où elles grossissent pendant 10 à 15 mois, jusqu’à atteindre la taille commerciale de 4 à 5 cm. Les élevages sont situés sur l’estran ou en mer. Les moules se nourrissent naturellement en filtrant leurs aliments présents dans le milieu marin.

Le premier producteur mondial de moule d’élevage est la Chine (903 361 tonnes produites en 2018, soit 43 % de la production mondiale), suivi par le Chili.

Près de 55 % de la production mytilicole européenne a lieu en Espagne (283 800 tonnes produites en 2018). L'Espagne produit principalement la moule méditerranéenne (Mytilus galloprovincialis). Aux Pays-Bas, deuxième pays producteur européen, l’élevage se fait à partir de naissains sauvages captés en pleine mer de Wadden puis mis en grossissement dans la zone Est de la mer de Wadden et dans l’Oosterschelde.

La production française (48 817 tonnes en 2018) est principalement constituée de moules Mytilus edulis élevées sur bouchots. Cet élevage est typique du littoral Atlantique ou de la Manche. En Belgique, le premier site de production de moules, huîtres plates et laminaires devrait s’installer prochainement près du port de Nieuport et atteindre la pleine production en 2023.

 

 

 

ÉTAT DES STOCKS

En France, les gisements de l'est du Cotentin de Mytilus edulis font l’objet d’un suivi scientifique depuis 1976.

Chaque année, à la demande du Comité Régional des Pêches Maritimes de Normandie, gestionnaire de la ressource, l’Ifremer mène une campagne de prospection afin d’évaluer la ressource et définir les modalités de la pêche (nombre de licences, date d’ouverture, de fermeture, quota journalier…). Ces dernières années, l'abondance de juvéniles a diminué sur l’ensemble des gisements principalement en raison de recrutements très faibles.

Dans la mer de Wadden, le stock de Mytilus edulis a subi de très fortes fluctuations au cours des dernières décennies.

Dans les années 80, le stock s’est effondré à un niveau si bas qu’il mettait en danger la population d’oiseaux marins qui s’en nourrissait. Depuis 1986, le stock est contrôlé par les différents instituts de recherche halieutique danois, allemand et hollandais. Chaque année, en septembre, la biomasse disponible en moules est mesurée et au moins 50 % de la production de l’année à venir est réservée aux oiseaux marins, avec un minimum de 10 300 tonnes. Les prélèvements de naissains, par les dragues, ont augmenté la pression sur ce stock et fragilisé cette ressource. Les Pays-Bas sont en train d’évaluer des alternatives pour éviter de prélever des naissains sauvages (collecteurs des larves, couveuses…).

 

GESTION DES STOCKS

En France, la pêche de moule sauvage est soumise à un permis, une licence et ne peut être pratiquée que dans certaines zones et à certaines périodes de l’année. Les réglementations varient selon les départements.

 

 

Taille minimale de capture au sein de l’UE

  • Atlantique Nord-Est : 4 cm

 

 

CONSOMMATION

Les moules sont traditionnellement commercialisées vivantes et vendues en vrac, au kilo ou au litre.

L’offre s’est sensiblement diversifiée ces dernières années et propose :

  • Les moules lavées, débyssussées, pré-emballées, vendues en conditionnement de poids variables
  • Les moules sous vide pré-cuisinées, vendues en portions individuelles (fraîches ou surgelées).
  • Les chairs de moules cuites, vendues surgelées.
  • Les moules en saumure ou en sauce, conditionnées en bocal (semi-conserve) ou en conserve.

Aujourd’hui, les moules sont, après le saumon, le principal produit d'élevage consommé dans l'UE.

Elles font aussi partie des dix premières espèces consommées (1,21 kg/hab./an en équivalent poids vif). En France, les moules sont très appréciées. Elles sont la première espèce achetée en frais par les ménages en 2019, devant le saumon et les huîtres. La consommation annuelle moyenne est d’environ 2,5 kg/hab. (équivalent poids vif).

La France importe des moules principalement fraîches en provenance d’Espagne et des Pays-Bas et des moules cuites/préparées depuis le Chili. En Belgique, les moules sont très populaires : 40 % des familles belges les achètent. Elles sont la quatrième espèce achetée en frais par les ménages, après le cabillaud, le saumon et les crevettes.

La Belgique importe des moules principalement fraîches en provenance des Pays-Bas et de France et des moules cuites/préparées depuis le Chili.

 

 

 

MOULE SAUVAGE

• MSC • Quatorze pêcheries ou systèmes de culture suspendue et culture au sol, principalement de Mytilus edulis, en Atlantique Nord-Est sont certifiées (trois au Danemark, trois en Irlande, deux en Allemagne, deux aux Pays-Bas, deux en Suède, une en Écosse et une au Pays de Galles).

 

MOULE D’ÉLEVAGE

• ASC • Trois fermes de Mytilus edulis (deux en Chine et une au Royaume-Uni) et vingt-six fermes de Mytilus chilensis (toutes au Chili) sont certifiées.

• AB • Il existe une offre de moules certifiées AB sur le marché français.

 


 

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Les moules consommées proviennent essentiellement d’élevage.
  • Les gisements sauvages de l'est du Cotentin sont fermés en raison du manque de recrutement depuis quelques années.
  • Le stock sauvage de la mer de Wadden est affaibli, entre autres à cause du prélèvement de naissains utilisés pour les élevages.
  • L’Espagne est le premier producteur de moule d’élevage en Europe et le troisième au niveau mondial, après la Chine et le Chili.
  • La moule est une source de protéines marines bon marché, dont l’élevage est maîtrisé partout dans le monde.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ MOULE SAUVAGE

  • À éviter : tous stocks.

 

➜ MOULE D’ÉLEVAGE

  • Vérifiez les conditions d’élevage avant tout achat.