Homard | Guide des espèces

Homard

Homarus gammarus

Homarus americanus


zeevruchtengids.org/fr/homard

  • Atlantique Nord-Est
  • Atlantique Nord-Ouest
  • Mer Méditerranée
  • Casier
  • Filet
  • Bassin

Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

Homard européen (Homarus gammarus)

 

 

  • FAMILLE : Nephropidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Carapace avec de beaux reflets bleus, pinces massives, décapode (dix pattes), rostre un peu épineux, effilé et courbé avec huit dents.
  • HABITAT : Espèce benthique qui vit sur des fonds plutôt rocheux juste au-delà de la zone intertidale (qui subit les marées), parfois jusqu’à 150 m de profondeur.
  • ALIMENTATION:  Algues, crustacés, échinodermes, mollusques, poissons et vers.
  • MATURITÉ SEXUELLE : (longueur du céphalothorax) 95 mm (4-5 ans/femelle), soit environ 600 g.
  • PÉRIODE DE FRAI : Généralement en été.
  • LONGÉVITÉ : Plusieurs dizaines d'années.

 

Le homard européen peut atteindre 60 cm et 12 kg. L’accouplement a lieu juste après la mue de la femelle, lorsque sa cuticule est encore molle.

La femelle stocke le sperme du mâle et féconde les œufs (entre 5 000 et 50 000 selon sa taille) au fur et à mesure, pendant les deux années qui suivent.

Les éclosions sont étalées sur plusieurs mois. Les mâles s’approprient un territoire alors que les femelles sont plus nomades.

 

 

Autre espèce de homard commercialisée sur nos marchés :

  • HOMARD AMÉRICAIN (Homarus americanus)
    • Vit dans l'océan Atlantique, le long des côtes de l'Amérique du Nord.
    • Il présente une coloration vert foncé avec des traces orangées sur l’abdomen.
    • Maturité sexuelle (longueur du céphalothorax) : 80 mm, soit environ 400 g.

 

Européen ou américain ?

Le homard européen a de beaux reflets bleus quand l’américain a des traces orangées sur l’abdomen. Lorqu’ils sont cuits, ils arborent tous les deux la belle couleur orangée de l’astaxanthine *.

Les deux espèces se distinguent par la forme de leur rostre : rostre pointé droit avec quatre dents et une dent sous le rostre, il est américain ; rostre courbé avec huit dents, il est européen.

 

 Homarus gammarus 

 

  Homarus americanus

 

PÊCHE

Le homard est une espèce très prisée par les pêcheurs professionnels. Ce crustacé vorace est le plus souvent capturé à l’aide de casier appâté avec du poisson. Les casiers sont positionnés au plus près des cailloux/rochers où ils vivent et sont laissés immergés pendant 24 heures avant d’être relevés. Le homard peut également être pêché par les fileyeurs (lors de la pêche ciblant les langoustes ou les poissons démersaux comme le merlu) ou en prise accessoire par les chalutiers de fond.

La production de homard européen a atteint 4 688 tonnes en 2018. Il est principalement pêché dans le nord de l’Europe et le Royaume-Uni en est de loin le premier pays producteur, suivi par la France.

La production de homard américain est beaucoup plus élevée (163 705 tonnes en 2018) que celle de homard européen. Le Canada est responsable d’environ 60 % des débarquements totaux.

 

 

 

AQUACULTURE

L’élevage de homard européen se développe depuis quelques années en Norvège, au Royaume-Uni ou encore en Corse, à une plus petite échelle, afin de contribuer au repeuplement des côtes. Des essais sont en cours pour élever des homards pour la consommation humaine, l’enjeu étant de pouvoir leur faire atteindre 300 g pour les commercialiser.

 

ÉTAT DES STOCKS

 

 

Homard européen (Homarus gammarus)

  • Manche Ouest et nord du golfe de Gascogne (divisions 27.7.e et 27.8.a)
    • Stocks en bon état.
  • Côtes Est, Sud-Est et Sud-Ouest du Royaume-Uni
    • Stocks caractérisés par un taux d’exploitation élevé et une biomasse faible.
  • Côtes d’Irlande
    • État inconnu.
  • Mer Méditerranée
    • État inconnu.

 

Homard américain (Homarus americanus)

  • Canada
    • Espèce présente dans les eaux côtières allant du sud du Labrador jusqu’au Maryland, le homard américain est principalement exploité dans les eaux des provinces du Nouveau-Brunswick, de Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard.
    • Ces différents stocks sont en bon état, selon les dernières évaluations scientifiques.
  • États-Unis
    • L’état de la ressource est contrasté selon les régions :
      • Les stocks du golfe du Maine et de Saint-Georges Bank sont en bon état.
      • Le stock de Southern New England a fortement régressé depuis 1990 : l’abondance et les recrutements y sont très faibles, notamment en raison des conditions environnementales peu favorables (température de l’eau trop élevée qui a causé une augmentation de la mortalité naturelle des individus) et d’une pression de pêche qui ne favorise pas l’amélioration du stock. Ce stock est dégradé mais non surpêché.

 

GESTION DES STOCKS

Les principaux pays producteurs (de homard américain et homard européen) ont mis en place des plans de gestion qui diffèrent selon l’espèce et la dynamique de sa population, les zones géographiques concernées et les flottilles de pêche en place.

Principales mesures mises en place pour assurer la durabilité de l’espèce :

  • Attribution de licences limitant le nombre de pêcheurs.
  • Nombre maximum de casiers autorisés par pêcheur.
  • Type de casier autorisé.
  • Taille minimale de capture.
  • Interdiction de capture de femelles grainées (portant des œufs) dans certains pays.
  • Marquage d’une partie des femelles d’une entaille sur la queue (puis relâche) afin que celles-ci ne puissent plus être commercialisées avant plusieurs mues.

 

En France, une licence est obligatoire pour pouvoir exploiter le homard européen et un nombre maximal de casiers par homme embarqué est défini (Normandie : 200 casiers par homme embarqué, pour un maximum de 1000 casiers par navires).

 

Taille minimale de capture au sein de l’UE (longueur du céphalothorax) :

  • Atlantique Nord-Est : 87 mm
  • Skagerrak et Kattegat : 78 mm
  • Mer Méditerranée : 105 mm
  • En France Hauts-de-France : 90 mm

 

UNE DISPUTE AMERICAINE

 

À la fin des années 80, les homardiers des États-Unis se sentaient menacés par la baisse des stocks de homards et par la concurrence des crustacés importés du Canada voisin. En 1989, le gouvernement des États-Unis a pris des mesures techniques de conservation pour renforcer la gestion des stocks halieutiques du pays (Magnuson Stevens Act), mesures applicables aux produits importés. Ces nouvelles règles ont immédiatement été dénoncées par le Canada qui voyait par ce texte une remise en cause de l’accord de libre-échange signé entre les deux pays et l’apparition de freins au commerce. Selon le Magnuson Stevens Act, il devenait illégal d’acheter et de vendre des homards de taille inférieure à la taille minimale de capture prévue dans le code américain. Cette affaire a été portée devant le GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce). Les États-Unis se sont défendus sur le plan scientifique en arguant que la taille de l’animal constituait une bonne mesure de gestion et que la restriction était prise à des fins de conservation. Après un an de bataille juridique, en 1990, les experts internationaux du GATT ont donné raison aux États-Unis. L’ironie de l’histoire fit qu’en 1991, la population de homards dans les eaux du Canada et des États-Unis a atteint des niveaux exceptionnels mais il n’a pas pu être prouvé que ce phénomène ait résulté des nouvelles règles de conservation mises en place par les États-Unis.

 

 

CONSOMMATION

Le homard européen est essentiellement commercialisé vivant. Le homard américain est vendu en Europe principalement au moment des fêtes de fin d’année, soit entier cuit surgelé, soit vivant. Ces deux espèces sont pêchées à différentes périodes d’ouverture de la pêche selon les zones, puis maintenues vivantes en vivier jusqu’aux périodes de forte demande. La France et la Belgique importent principalement du homard frais du Canada.

 

 • MSC • Une pêcherie de homard européen (co-gérée par la Normandie et Jersey) et trois pêcheries de homard américain (au Canada) sont certifiées.

 

 


 

* Molécule de la famille des caroténoïdes libérée par la chaleur.

 

(1) Centre pour les sciences de l'environnement, de la pêche et de l'aquaculture

(2) Commission des pêches maritimes des États de l’Atlantique

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Deux espèces de homard sont présentes sur nos marchés : le homard européen et le homard américain. La production de homard américain est largement supérieure à celle du homard européen.
  • Les stocks français de homard européen de Manche Ouest et du nord du golfe de Gascogne sont en bon état.
  • Les stocks du Royaume-Uni sont surexploités.
  • L’état des stocks d’Irlande et de Méditerranée est inconnu.
  • Les stocks de homard américain du Canada se portent bien.
  • L’état des stocks de homard américain aux États-Unis varie selon les régions : les stocks du golfe du Maine et du Saint-Georges Bank sont en bon état ; celui de Southern New England est dans une situation préoccupante.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ HOMARD EUROPÉEN

  • À privilégier : stock Manche Ouest, stock du nord du golfe de Gascogne.
  • À consommer avec modération : stocks de la Méditerranée, stocks d’Irlande.
  • Privilégiez les individus ayant une longueur du céphalothorax > à 95 mm (soit 600 g), ayant eu le temps de se reproduire.
  • À éviter : stocks du Royaume-Uni.

 

➜  HOMARD AMÉRICAIN

  • À privilégier : stocks du Canada, stocks du golfe du Maine et de Saint-Georges Bank.
  • Privilégiez les individus ayant une longueur du céphalothorax > à 80 mm (soit 400 g), ayant eu le temps de se reproduire.
  • À éviter : stock de Southern New England.

 

➜  Évitez d’acheter des homards grainés (femelles portant des œufs).